Association International Schizophrènie : Rosemary Kennedy

Pour faire un don... DON EN LIGNE

Catégorie voyageDescription de l'association et Objectif

ASSOCIATION INTERNATIONAL SCHIZOPHRENIE : ROSEMARY KENNEDY

Intitulé exacte de la déclaration au journal officiel : évincer (dans le sens de vaincre) de la nosographie et de la nosologie internationale le diagnostic inique fallacieux et coercitif de schizophrènie paranoïde versant négatif ou déficitaire.

cette association a été créée en 2019 par christophe renard dans le but de clarifier ce qu'est la schizophrènie et de lutter contre les abus des gouvernements qui se disent démocratiques.

Premièrement il faut savoir que depuis l'apparition de la psychiatrie en XIX ème siècle plus de 95 pour 100 des médecins aliénistes ou des psychiatres
ont été ou sont issus des classes supérieures ou dominantes tout comme les juges ou les procureurs dans le domaine de la justice.
Les travaux théoriques des médecins aliénistes ont depuis la nuit des temps été orienté par le pouvoir en place. Le travail des psychiatres encore aujourd'hui est orienté par les gouvernants tout comme le travail des juges et des procureurs.
Cette soumission conditionne la carrière et la promotion de ceux-ci. Inutile de dire que 99 pour cent des internés en psychiatrie et en prison sont issus de la masse prolétarienne. On observera donc sans difficulté que la psychiatrie et la justice ne sont que des instruments inique fallacieux et coercitif au service du pouvoir dans un but de domination manifeste sans entrave. combien de journalistes, d'écrivains ou d'artistes s'ils n'ont pas été tué (Jean Edern-Allier, Coluche, Balavoine, Lady Diana...) ont finis au goulag, en prison ou en psychiatrie. (par exemple Auguste Blanqui en france, Rosemary Kennedy aux USA ou mandella en afrique du sud)
Cependant aujourd'hui la science vient en aide aux victimes des abus de pouvoir des gouvernements facho-démocratiques. En effet depuis l'apparition de l'IRM ou du scanner des études comparatives ont été effectué sur les cerveaux de personnes "saines" et de patients diagnostiqués schizophrènes, ou dépressifs ou bipolaires ou atteintes de bouffées délirantes ou paranoïaques entre autre... Pour ce qui nous intéresse c'est les résultats de études concernant la schizophrènie que nous souhaitons souligner. Les chercheurs ont remarqué que les patients atteints de schizophrénie versant positif c'est à dire avec hallucinations ont des différences remarquables avec les personnes "saines" notamment une atrophie de l'hippocampe, et un agrandissement du troisième ventricule et de l'hypothalamus. Par contre les personnes diagnostiquées schizophrène versant négatif c'est à dire sans hallucination mais souffrant souvent d'un syndrome paranoïde (délire de persécution) et qui étaient souvent décrit comme paranoïaques au XIX ème siècle ont des cerveaux semblables aux personnes "saines". Donc on pourra déduire que depuis l'apparition du diagnostic de schizophrènie paranoïde versant négatif vers 1918, il suffit à un gouvernement de persécuter toute personne qui dérange pour l'enfermer à vie voir la lobotomiser comme Rosemary Kennedy pratique qui a subsister jusqu'en 1969, afin de l'empêcher de s'exprimer et d'avoir une vie sociale. Ainsi est le sort des dissidents politiques et de toute personne qui compte dénoncer les abus des gouverants depuis 2 siècles.
Voici un article que j'ai écrit le 25 novembre 2004 avant d'être diagnostiqué schizophrène et interné pour une grève de la faim en 2006 lorsque j'ai voulu dénoncer les pratiques
pédophiles des gouvernements démocratiques occidentaux.

LES DONNÉES PHYSIOLOGIQUES DE LA SCHIZOPHRENIE

Grâce aux progrès des neurosciences, le diagnostic de cette pathologie est désormais absolument imparable. Les nouvelles techniques d’exploration cérébrale, ont permis de mettre en évidence, dans 99 % des cas, plusieurs caractéristiques concomitantes : 1) un agrandissement du troisième ventricule et des deux ventricules collatéraux. 2) une atrophie de l’hippocampe (présent aussi lors des dépressions mais dans une moindre mesure) 3) un nombre des récepteurs dopaminergiques en excès

LES SYMPTÔMES MINIMAUX

1) La discordance: qui se traduit par l’impossibilité d’exercer toute activité mentale, - La pensée devient “égarée” -, l’impossibilité de communiquer avec autrui, du fait d’un illogisme permanent et d'un appauvrissement du langage. 2) L’ambivalence: qui se traduit par l’impossibilité d’exprimer des sentiments, et par une absence de critique lors de la formulation de jugements contradictoires.
3) Autistique: qui se traduit par un repli sur soi avec une très forte activités hallucinatoire. Dans tous les cas, que le versant soit positif ou négatif, on assiste toujours à des passages à l'acte, ou conduites à risque dangereuses principalement pour le patient.
Au niveau évolutif, on soulignera que les symptômes positifs caractérisent davantage un épisode aigu (de courte durée) d'après les psychiatres biensur, le versant déficitaire étant caractérisé par sa chronicité, et l'impossibilité pour le sujet d'exercer toutes activités élémentaires, tant qu'il n'est pas sous traitement. Par ailleurs une dimension mystique ou religieuse nimbe toujours le discours et le délire des schizophrènes. Il semblerait que par la suite, les pays de l'Est ajoutèrent les dimensions politiques et institutionnelles comme faisant parti des
délires schizophréniques, ce que les psychiatres de l'Ouest trouvèrent intéressant.

Il faut également ajouter, que lors d'un délire schizophrénique, le patient manifeste sa conviction qu'il existe des interactions directes, des liens forts, entre des faits, des événements réels, et des supputations personnelles imaginaires. Le schizophrène essaie toujours de persuader les autres, et notamment son psychiatre, de sa réalité, sans considérer son délire comme une manifestation interne. Quelques exemples : faire le lien entre la position d'un stylo sur une table, un verre qui tombe au sol, le bruit d'une porte qui se ferme, et l'arrivée des extraterrestres, un tremblement de terre au Japon, ou le fantasme qu'il pleuve des grenouilles. Lorsqu'on parle d'idées délirantes, ce n'est pas pour rien. Il s'agit vraiment d'idées, de fantasmes imaginaires absolument hors réalité. Il n'y a qu'à lire la bible pour s'en rendre compte.

Il semblerait que les psychiatres et les manuels nosographiques tennaient en fait à l'apparente difficulté de faire un diagnostic de cette pathologie, car effectivement, la schizophrénie a toujours été utilisée par le pouvoir en place, afin d’écarter tout débat gênant, et toute forme de dissidence politique, a fortiori lorsqu’il s’agit de la remise en cause de leur impunité. Il est en effet plus démocratique de mettre les gens sous camisole chimique et de faire croire, le cas échéant à leur suicide, plutôt que de rendre trop apparent le fascisme de dirigeants corrompus, en supprimant les gens trop brutalement. De plus, il est matériellement possible de mettre quelqu’un dans une situation de rupture sociale artificielle, en l’empêchant de trouver du travail, d’avoir un réseau d’amis, et un partenaire affectif. Il faut savoir aussi qu’un schizophrène n’a absolument jamais de troubles mnémoniques à long terme. Dans les cas médico-légaux, il est habituel de voir un schizophrène expliquer qu'il a obéit à une voix (souvent celle de dieux), tout en restant parfaitement capable de décrire ce qu'il a fait, même très longtemps après.
Voilà donc ce que j'écrivais en 2004.

christophe renard

©2019 Inc. kill perversity Group, by new order now.